espace abonné Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ? Enregistrez-vous

Mot de passe oublié ?
ACCUEIL > Événement > « Atlantique », Grand Prix pour l’Afrique à Cannes

« Atlantique », Grand Prix pour l’Afrique à Cannes

par Stoyana Gougovska
Avec son premier film Atlantique, Mati Diop marque l’histoire comme la première femme noire en Sélection Officielle à Cannes
Avec son premier film Atlantique, Mati Diop marque l’histoire comme la première femme noire en Sélection Officielle à Cannes
Cinéma Film Publié le 29/05/2019
Avec la 72ème édition du festival de Cannes, la cinéaste franco-sénégalaise Mati Diop est devenue la première femme de couleur sélectionnée à Cannes. Et son film Atlantique, qui décrit le désespoir poussant de jeunes Sénégalais à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe, a remporté le Grand Prix du jury.

C’est avec une grande émotion que la franco-sénégalaise Mati Diop a reçu le Grand Prix pendant la cérémonie de clôture du Festival de Cannes : « Je suis ici avec vous, mais je suis là-bas aussi. » La réalisatrice a tourné son premier long métrage dans son pays d’origine, un film consacré à l’Afrique. Elle a porté une attention particulière à la réalité de Dakar dont elle a voulu capturer la complexité. Pour représenter au mieux la jeunesse, Mati Diop a choisi ses jeunes acteurs amateurs dans un casting de rue au Sénégal.

Altantique, c’est au départ un court-métrage en 2009 qui raconte l’histoire d’un homme fuyant la misère économique. Cette fois, la réalisatrice développe le thème de la migration en concentrant sa caméra sur le sort de ceux qui restent.

Atlantique, le titre du film résonne comme une force toute puissante. L’océan, hypnotique, est toujours présent sur l'écran, du début à la fin. C’est sur la plage que tout commence, quand Ada et Suleiman, portés par les ailes du premier amour, se voient secrètement. Suleiman, comme d’autres garçons, vient de passer des mois à travailler sur le chantier de construction de la tour d’un riche patron de la ville, qui ne leur a pas payé leur dû. Dans ses bras, Ada oublie presque qu’elle est forcée de se marier avec un autre homme, qui aura les moyens d’assurer son avenir. Mais à ce moment, le jeune homme a déjà pris sa décision : tenter avec ses amis d’atteindre en barque la côte espagnole. Les garçons y perdront la vie, mais comme dans les anciens contes africains, leurs âmes vont hanter les corps des  vivants pour rendre justice.

 

Un film social et politique. Leur vengeance sera tournée vers ceux qui, par leur malhonnêteté, ne leur ont pas laissé d’autre choix que de risquer leur vie dans un voyage désespéré. Des incendies s'allumeront pendant le mariage d'Ada, ravageant les propriétés du riche businessman tyrannique. Avec sa symbolique, Atlantique parle très justement de la réalité politique et sociale au Sénégal. Des jeunes hommes prennent le large tous les jours en laissant mères, sœurs et fiancées. Parfois ils disparaissent à jamais et les problèmes locaux persistent, entrainant encore davantage de pauvreté. Mais dans Atlantique, une fois la justice rendue, la libération est possible.

Au Sénégal, 50 % de la population a moins de 20 ans. Les héros d’Atlantique sont des représentants de cette jeunesse qui a déjà prouvé sa soif de liberté, comme en 2011 avec le mouvement Y en a marre ! . Dans le film de Mati Dioples femmes aussi montrent une force extraordinaire et vivent une vraie libération : en regardant l’océan avec fierté et détermination, Ada symbolise l’émancipation des femmes au Sénégal. Pourtant, la réalisatrice n’a pas voulu seulement donner une visibilité au problème de la migration. C’est plutôt l’inverse, ce sont les destins de ceux qu’elle a réellement rencontrés au Sénégal qui ont imposé son thème au film.

Le Grand Prix du festival de Cannes est indéniablement une belle tribune pour Atlantique, un film porteur d’espoir en l’avenir de l'Afrique et pour Mati Diop, distinguée comme la relève des talents du cinéma au niveau mondial. C’est une récompense qui illustre combien le cinéma parvient à montrer une réalité peu montrée et, par la fiction, rapprocher les peuples.

 

"Atlantique", en Sélection Officielle du 72ème festival de Cannes, sortira en salle le 2 octobre 2019.

 

Le visage de Mati Diop n'est pas complètement inconnu. Elle a commencé sa carrière dans le cinéma comme actrice dans le film 35 Rums de Claire Denis en 2008. On la voit jouer dans Simon Killer de Antonio Campos en 2012, pour qui elle est aussi coscénariste. Elle est née dans une famille d'artistes, son oncle est le réalisateur sénégalais légendaire Djibril Diop et son père, le musicien de jazz Zasis Diop. A la 72ème édition de festival du film de Cannes, la Franco-Sénégalaise de 36 ans marquera l'histoire en tant que première réalisatrice noire à être sélectionnée en Concours Officiel.

Partager sur
Fermer