espace abonné Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ? Enregistrez-vous

Mot de passe oublié ?
ACCUEIL > Analyse > La bande dessinée, laboratoire culturel et social

La bande dessinée, laboratoire culturel et social

par Véronique Giraud
La cité de la bande dessinée, l'un des pôles culturels et économiques d'Angoulême. ©Rivaud/NAJA
La cité de la bande dessinée, l'un des pôles culturels et économiques d'Angoulême. ©Rivaud/NAJA
Livre BD Publié le 05/02/2020
Élue « ville créative » dans le domaine de la littérature par l'UNESCO, Angoulême veut mettre à profit cette reconnaissance et développer l'avenir économique du 9e art… en 9 propositions.

La ville d’Angoulême a été reconnue par l’UNESCO « ville créative » pour son rôle pionnier dans le domaine de la bande dessinée. D’abord pour son festival, qui l’a portée au rang de « capitale mondiale de la bande dessinée », puis pour son pôle universitaire dédié à l’image, notamment l’École Européenne Supérieure de l’Image, et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, espace muséal unique en Europe. Par cette distinction, l’UNESCO attire l’attention sur une ville reconnue comme « véritable laboratoire créatif, mettant au cœur de son développement les industries culturelles ».

Angoulême a été élue dans la catégorie « littérature » et, pour porter sa candidature, a établi 9 propositions pour le 9e art : Animer une réflexion internationale sur la filière en ouvrant les Rencontres nationales de la bande dessinée à l’international. Partager des savoir-faire sur la bande dessinée en accompagnant la création et le développement à l’étranger, et en développant un réseau des festivals de BD. Développer l’accueil pour la création par l’accueil d’auteurs en résidence. Protéger la création à l’international par la mise en place d’un marché des droits. Structurer l’aménagement de la ville par la bande dessinée, avec la création d’un Prix international pour la création urbaine autour de la BD. Faciliter l’accès à l’enseignement universitaire Bande dessinée en développant l’accueil des étudiants étrangers. Défendre la création par les autrices en promouvant la place des femmes dans la création artistique. Promouvoir la création et le patrimoine international de la bande dessinée en coproduisant des expositions, des rencontres croisées d’auteurs. Enfin renforcer le lien social auprès de la jeunesse par la bande dessinée. Les acteurs du 9e art ont du travail sur la planche !

Partager sur
à lire aussi

ANGOULÊME, UNE VILLE QUI GRANDIT DE BULLES EN BULLES
Fermer