espace abonné Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ? Enregistrez-vous

Mot de passe oublié ?
ACCUEIL > Portrait > Le festival Premières défend la nouvelle génération de metteurs en scène

Le festival Premières défend la nouvelle génération de metteurs en scène

par Véronique Giraud
Venus de huit pays d’Europe, les jeunes metteurs en scène du festival Premières expérimentent leur regard du théâtre d’aujourd’hui. © Pierre Planchenault
Venus de huit pays d’Europe, les jeunes metteurs en scène du festival Premières expérimentent leur regard du théâtre d’aujourd’hui. © Pierre Planchenault
Arts vivants Théâtre Publié le 10/04/2015
Initié par deux institutions théâtrales strasbourgeoises, le TNS et le Maillon, le festival Premières convie de tout jeunes metteurs en scène venus de toute l'Europe à se produire pour la première fois en France.

Strasbourg, capitale européenne, a la chance d’avoir deux théâtres, le TNS et Le Maillon. Le premier, dirigé par Stéphane Braunchweig, possède son école de théâtre au sein de laquelle a été mise en place une formation à la mise en scène et à la dramaturgie. Le second, dirigé par Bernard Fleury, se caractérise par sa forte programmation internationale. Les deux directeurs et artistes, convaincus que la scène française ne peut se passer de l’Europe ni le théâtre des inventions de la nouvelle génération, ont imaginé une manifestation programmant la production inédite en France de jeunes metteurs en scène d’Europe.

L’édition inaugurale de Premières a eu lieu en 2004. Bien ancré à Strasbourg mais en proie aux problèmes financiers, le festival a dû chercher un partenaire hors hexagone. C’est le théâtre de Karlsruhe qui a accepté de lui donner la réplique. Depuis 2012, ce partenariat transfrontalier crée l’alternance, une année à Strasbourg, l’autre à Karlsruhe. La ville rhénane accueille l’édition 2015.

Cet élargissement est un vrai enrichissement. Allemands et Français n’ont pas le même regard sur le théâtre, les traditions sont différentes ", souligne Barbara Engelhardt, responsable artistique de la programmation du festival depuis sa première édition. Elle part découvrir dans leurs pays ces jeunes troupes pour qu'elles viennent affronter la scène française : « nous sommes à la recherche en Europe de jeunes artistes, d’une nouvelle génération de metteurs en scène qui se demandent comment créer une forme cohérente pour répondre à leur questionnement sur le futur du théâtre. La réunion de ces trois institutions théâtrales a aidé à forger ce regard et permet à ces jeunes professionnels de se rencontrer, d’échanger entre eux et avec le public sur ce qu’ils font, d’où ils viennent, quelle formation ils ont reçue. » Le temps d’un festival, se rapprochent des systèmes de théâtre très différents : ceux basés sur le principe d’une troupe permanente et d’une obligation à programmer le repertoire sont confrontés à d’autres modes de fonctionnement, comme celui de l’intermittence en France.

Très vite s’est créée une fidélisation des structures françaises à l’égard des productions que Premières fait découvrir. Les professionnels, présents en nombre, assurent en effet une collaboration à long terme en programmant dans leurs propres salles ces nouveaux talents qui viendront cette année de Roumanie, d’Autriche, de Géorgie, d’Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, de Norvège. Chaque édition programme en effet huit pays différents.

Premières ne cherche pas à dégager une thématique, les sujets abordés sont nombreux et variés. L’essentiel est de présenter au public de nouvelles formes et approches esthétiques servant une interrogation profonde, une acuité, sur le monde d’aujourd’hui. C’est la diversité des approches qui est la richesse du festival. Dommage qu’il ne dure que quatre jours.

Festival Premières des Jeunes metteurs en scène européens du 4 au 7 juin 2015 à Karlsruhe.
www.festivalpremieres.eu

Partager sur
à lire aussi

Barbara Engelhardt en quête d’inventions théâtrales
Fermer